Wednesday, May 31, 2006

Nostalgie

La vallée du Richelieu a ses charmes. Elle est très jolie, bordée de belles maisons, de fermes, et de beaucoup de végétation. C'est chez nous depuis trois ans, et j'adore le coin, mais pour moi, elle ne se compare pas au fleuve St-Laurent. J'ai côtoyé le fleuve de 1991 à 1997, six ans, dont trois sur la rive-sud de Québec, à St-Romuald. Le Richelieu est joli, mais le fleuve est majestueux. À l'est de Montréal, vers Québec et encore plus loin, le fleuve est accidenté, puissant, bordé de collines. La végétation est moins dense, la forêt contient plus de conifères, l'hiver est plus dur, l'été moins humide. Il y a des fermes et de jolis villages aussi. J'y suis allée la fin de semaine dernière, à Ste-Croix de Lotbinière. J'aime beaucoup le Richelieu, mais je me suis rendu compte que les grandes espaces du fleuve me manque. Le coin me manque. Le panorama m'a rappellé les premiers français venus habiter cette terre encore sauvage. Les hivers dure qu'ils ont dû confronter, les difficultés qu'ils ont eu à s'établir, la foi convaincu qu'ils avaient en Dieu, les chapelles, Églises et Basiliques qu'ils ont construites, les miracles vécus grace à leur foi et leur confiance en Dieu. Nous avons perdu beaucoup.