Friday, May 25, 2012

Friday, May 04, 2012

Je ne suis pas contre la gratuité de l'éducation...

... mais pas n'importe comment.

Avant de continuer, j'aimerais constater que je suis plus que tannée des reportages de Radio-Canada biaisés sur le sujet de la grève des étudiants.  À les écouter, on dirait que c'est le gouvernement de Charest contre le Québec au complet.  Comme si tout le monde était du côté des étudiants et qu'il n'y avait que M. Charest là dedans qui était sans dessein.

L'autre jour, ils ont failli en parler, ils ont mentionné que le Québec est divisé sur le sujet.  On a ensuite parlé de ceux qui supportent les étudiants et qui vont même jusqu'à marcher dans le rue avec eux.

J'attendais...

Et que dire de ceux qui ne supportent pas les étudiants?

Finalement, ils ont passé à d'autre chose comme si ceux qui ne supportent pas les étudiants n'existaient plus, ou qu'il ne valait pas la peine qu'on en parle.  Non, mais comment veux-tu que je puisse faire, moi-même, mon opinion sur le sujet si vous insistez à ne parler que du point de vue des étudiants, de faire tout le possible pour que M. Charest ait l'air d'un con, et complètement ignorer le fait qu'il y ait des Québecois qui puissent avoir une opinion contraire.  Et vous voulez me dire que vous êtes impartials et que vous couvrez les faits?

Peut-être que s'il y en a qui sont contre la grève, (et croyez-moi, il y en a, malgré tout ce que vous avez entendu à Radio-Canada), ils ont peut-être des points à apporter qu'il faudrait écouter, des inquiétudes qu'il faudrait regarder?  Non?  Comment veux-tu qu'on ait un dialogue, ou qu'on se fasse une idée claire de ce qui se passe si on n'a toujours qu'un point de vue tout le temps?!

Oh, et en passant, pour mettre les choses en perspective un peu, plusieurs des Cegeps et Universités anglophones (incluant Dawson et Champlain), NE SONT PAS en grève.  Pourquoi?  Ce n'est pas parce que les anglophones du Québec sont riches et se fouttent de la question.  Non, c'est parce que les Cegeps et Universités anglophones sont remplis d'étudiants qui viennent de l'extérieur de la province justement pour pouvoir étudier à $1000 la session au lieu de $5000 la session.  (C'est drôle hein, les étudiants dans les autres provinces ne font pourtant pas la grève, ce n'est qu'au Québec, ou on paie moins cher (beaucoup moins cher), qu'on fait la grève.

Cela dit, je ne suis pas contre la gratuité de l'éducation.  Je suis d'accord que tout le monde ait la même chance de partir dans la vie.

Mais vous n'aurez pas tout gratuits.  Je suis contre l'idée de toujours enlever la moitié du salaire de l'un, pour payer des bénifices à l'autre.  Pour quelqu'un de classe moyenne, toujours voir 40% de son salaire s'envoler pour payer les affaires des autres, c'est énorme.  C'est presque la moitié de son salaire!  Ça donne pas trop le goût de travailler.  À quoi bon sert-il?

Et quand on fait presque plus d'argent (si on comprend les services qui viennent avec) à rester sur l'aide sociale que d'aller travailler pour le salaire minimum, à quoi sert-il d'aller travailler?  Surtout quand on a des enfants à supporter.  Je crois qu'il est grand temps d'augmenter le salaire minimum de plusieurs dollars au lieu de plusieurs cents, et de PAYER les gens pour le travail qu'il font, de sorte à ce qu'ils soient capables de se payer eux-mêmes leurs affaires, au lieu d'être toujours dépendants du gouvernement.  Arrêtons d'en enlever la moitié à ceux qui sont de classe moyenne, et peut-être, avec la gratuité de l'éducation, cela inspirerait plus de gens à étudier, et à se trouver un emploi qui a de l'allure.  Il me semble qu'on serait beaucoup plus fiers à travailler pour plus d'argent et payer soi-même ses affaires, que de travailler pour moins d'argent et de toujours devoir dépendre sur des services sociaux.

En parlant de payer soi-même ses affaires, il serait grand temps de remettre en question le système de santé.  Je suis pour les médecins privés, car je trouve inacceptable de devoir attendre un an ou deux pour passer des testes de santé  ou voir un médecin privé.  Je trouve aussi inacceptable qu'on soit obligé de prendre un médecin de famille dans une autre ville, à 45 minutes de route, parce que plus aucun médecin dans sa ville ne prend de nouveaux patients, et que le médecin dans l'autre ville n'en prenait pas plus, mais vous a accepté seulement car votre frère l'avait comme médecin.

Un peu de compétition dans les bureaux de médecins comme dans les entreprises les rendraient peut-être moins chers et plus efficaces à la longue...  Et puisqu'on se ferait payer des salaires plus élevés, tout les travailleurs serait capable de se payer une assurance maladie pour couvrir les frais de toute façon.  Donc, un meilleur service pour les patients, et une énorme dépense en moins pour le gouvernement, ce qui veut dire moins de taxes pour nous, et un pourcentage plus élevé de notre propre salaire qui nous reste dans la poche.  Merveilleux, n'est-ce pas?

Et tout cela est possible, parce qu'en plus d'élever le salaire minimum, on va fixer un salaire MAXIMUM.  Je suis d'accord que plus on "monte" dans une compagnie, plus ça devrait paraître dans nos poches, question d'encourager le monde à bien performer et à vouloir monter haut, mais de là à se payer des millions de plus, c'est peut-être un peu exagéré non?  Si je suis contre l'état "Nanny" qui vise à égaliser le monde en faisant payer plus de taxes aux riches, pour en donner aux pauvres (ce qui ne marche pas car les riches trouvent bien des façons de ne pas en payer et c'est la classe moyenne qui paie), je suis par contre, pour l'équité salarial.

Au lieu d'essayer de nous rendre "égaux" en faisant payer certains pour les services des autres, ce qui n'incite pas les gens à travailler du tout, payons un salaire digne à tout le monde, ce qui encourage le monde à travailler et qui encourage la fierté personelle en plus et la contribution à la société.

Ce que je peux avoir des idées innovatrices pareils...