Monday, September 14, 2009

L'Évangile du jour

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,13-17.

Car nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Les icônes pascales de l'Église d'Orient montrent comment le Christ entre dans le monde des morts. Son vêtement est lumière, parce que Dieu est lumière. « Même les ténèbres pour toi ne sont pas ténèbres, et la nuit comme le jour est lumière. » (Ps 138,12) Jésus, qui entre dans le monde des morts, porte les stigmates ; ses blessures, ses souffrances sont devenues puissance, elles sont amour qui vainc la mort. Jésus rencontre Adam et tous les hommes qui attendent dans la nuit de la mort. À leur vue, on croit même entendre la prière de Jonas : « Du ventre des enfers, j'appelle : tu écoutes ma voix » (Jon 2,3).

Dans l'incarnation, le Fils de Dieu s'est fait un avec l'être humain, avec Adam. Mais c'est seulement au moment où il accomplit l'acte extrême de l'amour en descendant dans la nuit de la mort qu'il porte à son accomplissement le chemin de l'incarnation. Par sa mort, il prend par la main Adam, tous les hommes en attente, et il les conduit à la lumière.

Pape Benoît XVI
Homélie pour la Vigile pascale, 07/04/2007 © copyright Libreria Editrice Vaticana.

Gracieuseté de L'Évangile au Quotidien